Attaques terroristes de Paris - 13 novembre 2015
La Région Bretagne réagit aux attaques terroristes

A la suite des attaques terroristes du 13 novembre à Paris, le président de la Région Bretagne a réagi dès le lendemain. Le lundi 16 novembre à midi, agents et élus de la collectivité se sont par ailleurs réunis autour de lui pour participer à la minute de silence.

Photo prise à proximité de la salle de spectacle du Bataclan le 13 novembre 2015 à la suite d'une attaque terroriste. Un blessé est évacué par les secours sur un brancard, sous la protection de la police.
Agents et élus réunis avec le président Pierrick Massiot pour la minute de silence en solidarité avec les victimes des attentats, le 16 novembre à l'hôtel de Région Emmanuel Pain

La réaction du président Pierrick Massiot

Dès samedi 14 novembre, le président Pierrick Massiot a réagi aux attaques terroristes de la veille à Paris

« Une nouvelle fois, ce qui fonde notre République est attaqué. L'horreur encore au cœur de Paris. Notre réponse doit d'abord être celle de la solidarité envers les blessés et les familles des victimes. Notre réponse doit aussi être à la hauteur de ces actes de lâcheté. Soyons collectivement intraitables envers ceux qui veulent détruire la démocratie. La liberté de penser, de s'exprimer, de circuler est notre réponse. La peur ne guidera pas nos actes et la barbarie ne passera pas. » 

Pierrick Massiot, président du Conseil régional de Bretagne

Minute de silence des agents et élus de la Région Bretagne

Lundi 16 novembre, agents et élus de la Région se sont réunis pour une minute de silence en hommage aux victimes

Minute silence Agents HD
A l'hôtel de Région et dans les autres sites de la collectivité, les agents et élus de la Région Bretagne se sont rassemblées aujourd'hui à midi avec le président Pierrick Massiot pour la minute de silence en hommage aux victimes des attaques terroristes du 13 novembre. 

L'intervention du président

« Le 8 janvier dernier, nous étions réunis ici, dans un moment d'intense émotion, pour nous recueillir en hommage aux victimes de l'attentat qui avait visé les journalistes de « Charlie Hebdo ».
Aujourd'hui, nous nous retrouvons à nouveau au surlendemain d'un massacre commis en différents lieux de Paris. Nos pensées vont aux familles des victimes de ces crimes abominables.
Cette fois, un degré de plus dans la barbarie a été franchi.
Ce n'est plus seulement un journal ou une communauté qui ont été les cibles des tueurs, mais la population entière de notre pays, dans ce qui fonde son identité : c'est à dire notre conception, notre définition des libertés fondamentales.
La France des droits de l'homme se singularise dans le monde entier par le contenu que son histoire a forgé à la conception républicaine des libertés : égalité, fraternité... et j'ajouterai, laïcité.
Cet ensemble de valeurs qui définit notre « vivre ensemble » est insupportable à ceux qui prétendent imposer leurs dogmes par une violence aveugle.
Nous ne l'accepterons jamais et poursuivrons, au contraire, inlassablement, irrépressiblement, l'épanouissement de notre démocratie et de nos libertés. »


Tags : Assemblée

Publié le


Partagez ce contenu