Aller au contenu

Avis d’appel à projets – Instrumentation innovante des ouvrages portuaires

Vous êtes une entreprise, un établissement public, un laboratoire de recherche universitaire ?La Région Bretagne, accompagnée par le Cerema, lance un appel à projets afin de faire émerger des solutions innovantes d’instrumentation destinées à optimiser la surveillance des ouvrages portuaires.

Pont

Pourquoi cet appel à projet ?

Les infrastructures portuaires sont particulièrement sollicitées (environnement agressif pour les matériaux, charges d’exploitation). Compte-tenu des enjeux liées à leur exploitation, il convient de disposer d’outils de surveillance qui permettent d’anticiper les dégradations ou d’évaluer le comportement structurel de l’ouvrage afin de programmer de manière optimisée les actions de maintenance ou de renforcement le cas échéant.

La surveillance visuelle est indispensable mais peut ne pas suffire dans certains cas. Des investigations spécifiques doivent alors être menées. Ces investigations s’appuient le plus souvent sur le déploiement de moyens destructifs, parfois de moyens de contrôles non destructifs. Elles sont généralement coûteuses et nécessitent également des moyens d’accès spécifiques. Les conditions d’intervention sont par ailleurs contraignantes (marée, partie d’ouvrage difficilement accessibles).

Dans ce contexte, les solutions d’instrumentations ou de monitoring paraissent séduisantes (accès à distance pour récupération de diverses données selon la problématique). Les développements récents en matière d’instrumentation (capteurs, télécommunication, traitement et analyse des données) sont susceptibles de répondre aux besoins de surveillance et de gestion des infrastructures.

Une enveloppe globale de 300 000€ a été budgétée pour financer les projets retenus.

L’appel à projets vise à soutenir des initiatives innovantes pour développer de nouveaux procédés de surveillance et de gestion des ouvrages portuaires. La démarche s’appuie sur le développement et la mise en place, à titre expérimental et prospectif, de dispositifs d’instrumentations innovants sur un ou plusieurs ouvrages portuaires.

Les dispositifs visés par l’appel à projet peuvent s’inscrire dans des actions de recherche, des travaux exploratoires, des incubateurs d’idées et des études d’opportunité. Pour des projets plus matures, l’appel à projets peut contribuer à accélérer le développement de prototypes ou la diffusion de dispositifs existants mais peu éprouvés.

L’appel à projets doit permettre de développer, d’expérimenter et de tester en condition réelle des solutions d’instrumentation innovantes ou peu éprouvées :
– suivi à moyen/long terme des indicateurs de vieillissement des ouvrages,
– suivi et anticipation des processus de dégradations pour programmer les actions de maintenance de manière optimale (coût, efficacité, durabilité).

Le développement de nouveaux capteurs permet d’envisager une utilisation élargie de l’instrumentation pour la gestion des infrastructures portuaires. Compte-tenu de la nature du patrimoine portuaire de la Région Bretagne (proportion significative de structures en béton armé à forts enjeux exposées à un environnement marin agressif et dégradées par les effets de la corrosion), le présent appel à projet concerne le processus de corrosion des structures en béton armé.

Toutes les entreprises, établissement public, laboratoire de rechercher universitaire qui proposent des solutions innovantes en lien avec la thématique de cet appel à projets.

L’appel à projet concerne les infrastructures portuaires en béton armé en service, en réparation ou en cours de construction. Le dispositif d’instrumentation doit permettre de suivre le processus de corrosion des armatures dans sa phase d’incubation et/ou de propagation. À ce titre, l’appel à projet s’inscrit dans une démarche d’instrumentation structurale et prédictive des ouvrages. Le caractère innovant (ou peu éprouvé) du dispositif porte sur les capteurs, leur mode d’interrogation et éventuellement les modalités d’analyse et d’interprétation des données.

Les projets devront s’inscrire dans une des thématiques obligatoires suivantes :

Suivi de la phase d’incubation :
Durant une première période, les agents agressifs (principalement les chlorures dans le cas présent) pénètrent dans l’enrobage des armatures. Durant cette période, la structure ne présente aucun signe de dégradation extérieure. Cette période est appelée phase d’incubation. Elle peut durer plusieurs dizaines d’années en fonction de l’agressivité du milieu extérieur, de l’épaisseur et de la qualité du béton d’enrobage.
L’instrumentation de l’ouvrage devra permettre de suivre la pénétration progressive des chlorures dans le temps et dans l’enrobage et d’alerter lorsqu’un seuil est atteint.

– Suivi de la phase de propagation :
Lorsque les agents agressifs (principalement les chlorures dans le cas présent) sont en quantité suffisante dans le béton et que les conditions d’humidité et de teneur en oxygène sont réunies dans le béton au contact des armatures, la corrosion s’engage. On parle d’initiation ou d’amorçage de la corrosion. On entre alors dans la phase de propagation de la corrosion. À partir de cet instant, la corrosion se développe : formation progressive de produits de corrosion dans un premier temps puis fissuration du béton d’enrobage et éclatement du béton dans un second temps. Cette phase s’accompagne en parallèle d’une perte progressive des sections d’armatures et d’adhérence avec le béton. La phase de propagation donne lieu à terme à une réduction de l’aptitude au service des ouvrages. L’instrumentation de l’ouvrage devra permettre de suivre la phase de propagation du phénomène de corrosion. Elle n’a pas vocation à suivre les paramètres structurels telles que les contraintes/déformations dans les sections de béton armé (type Navier).

Les projets seront sélectionnés selon les critères suivants :

1) Pertinence au regard des orientations de l’appel à projets

  • adéquation de la proposition aux objectifs ;
  • qualité de la proposition en termes de créativité scientifique, d’innovation, de développement économique ;
  • pertinence du projet au regard de la problématique de la corrosion du béton armé en environnement maritime ;
  • pertinence du projet au regard de la problématique de la corrosion du béton armé en environnement maritime ;
  • démarche de validation proposée ;
  • pertinence de l’indice TRL proposé (Technology Readiness Level), incrément de l’indice TRL dans le cadre du projet.

2) Qualité du partenariat et de l’organisation du projet

  • apports, compétences, savoir-faire et qualification des partenaires ;
  • ambitions et engagement des partenaires, implication de leurs personnels ;
  • qualité des matériels disponibles ;
  • équilibre et complémentarités au sein du consortium ;
  • management et coordination, qualité de la gouvernance ;
  • pertinence de l’organisation des tâches et du calendrier.

3) Bénéfice collectif

  • maturité du projet à l’issue des développements financés ;
  • méthodes et résultats permettant une amélioration des politiques de gestion ;
  • gains économiques et sociétaux en matière de gestion de patrimoine ;
  • coût prévisionnel de la mise en œuvre opérationnelle sur un ouvrage du dispositif ou de la méthode développé (intégrant la mise en œuvre initiale et la maintenance, le matériel, le personnel, les moyens d’accès, l’alimentation…).

  • Lancement appel à projets : 16 mai 2022
  • Date limite de dépôt des dossiers : 15 septembre 2022
  • Date limite de dépôt des dossiers : 15 septembre 2022
  • Annonce des candidats retenus : février 2023.

Dates indicatives, susceptibles de modifications de la part des organisateurs. Les structures candidates doivent se tenir informées en consultant régulièrement la page web de l’appel à projets.

Les candidatures sont à adresser au plus tard pour le 15 septembre 2022 à l’adresse suivante : instrumentationinnovante@bretagne.bzh.

Pour tout complément d’information et pour retirer un dossier de candidature, vous pouvez joindre le service ingénierie de la direction des ports (instrumentationinnovante@bretagne.bzh).

Question 1: Le projet proposé peut-il couvrir à la fois la phase d’incubation et d’initiation ?

Réponse 1: Le projet peut couvrir les 2 phases du processus de corrosion, cependant, l’AAP ne permet de choisir qu’une thématique obligatoire (incubation ou propagation). 

Le déroulement de la sélection commençant par un classement en fonction de la thématique obligatoire, il faut donc que le candidat se positionne sur la thématique principale porté par son projet. Il convient de le préciser dans le dossier de candidature et dans le fichier de synthèse.

Concernant le financement, le §5.2 est clair : “L’enveloppe allouée à cet appel à projets est de 300 000 € TTC. L’aide maximale allouée à un projet ne pourra pas dépasser 150 000 € TTC.”

 

Question 2: La durée du projet est-elle imposée ou peut-on proposer une durée plus courte  ?

Réponse 2: Concernant le délai, le calendrier est contraint par le planning du chantier. De plus pour des raisons d’organisation et comme il est probable qu’il y ait plusieurs projets à suivre, il est plus adapté que tous les projets suivent le même calendrier.

Partager :

Notre actualité

Abonnez-vous à la newsletter de la Région