Le mot change selon l'endroit, certains disent an atant, d'autre ar menaj ou encore an ti-feurm (surtout dans le nord de la Bretagne) alors que dans le Morbihan on dira plutôt an dachenn.

On y trouve l'incontournable kraou (étable), le marchosi (écurie), le kraou-moc'h (soue à cochons) autours de ar straed ou ar roui (la cour). Les poules (ar yer) sont bien dans leur perchoir (ar c'hlud,d'ailleurs mont d'ar c'hlud c'est aller au pieu) et l'on travaille le champ (ar park, que l'on retrouve dans le nom du Tour-du-Parc dans le Morbihan et qui se dit Tro-ar-park en breton) . Les vaches sont pendant ce temps dans le pré (ar prad, qui a donné son nom à la commune de Prat dans les Côtes-d'Armor). Il ne faut pas oublier ar puñs (le puits) voire ar poull (la mare). Le suffixe « -eg » permet d'indiquer un lieu, ainsi ar foenn (le foin) est rassemblé dans ar foenneg (le tas de foin) que l'on dit aussi ar bern foenn et le bois de chauffage ar c'heuneud dans le tas de bois ar geuneudeg.

Et pour écouter :

 

 

 

 

 

Où s'informer pour apprendre le breton ?

L'office de la langue bretonne
L'Office de la langue bretonne (Ofis ar brezhoneg) est une association chargée de promouvoir et de développer la langue bretonne dans tous les domaines de la vie sociale et publique.
Contacter l'office : http://www.ofis-bzh.org

L'Association Deskiñ d'An Oadourien

L'associatino Deskiñ d'An Oadourien, créée en 2001, réunit les structures d'enseignements du breton aux adultes. Elle a pour mission de faciliter cet enseignement et d'informer d'informer le public sur les formations. Sur son site : les formations et les contacts utiles
Contacter l'association : http://dao.breizh.free.fr/ 

Modifié le


Partagez ce contenu