Ar gwez, Les arbres, sont composés de : ur c’hef, un tronc, protégé par ar rusk, l’écorce (ce qui vous rappelle sans doute le mot « ruche » en français, qui provient du même mot en gaulois), ar gwrizioù, les racines pour faire monter an teñv, la sève, jusqu’aux skourroù, les branches et an delioù, les feuilles !

En breton, on indique de façon différente le nom des arbres selon qu’on veuille parler du bois : derv, du chêne, tilh, du tilleul ou que l’on veuille parler des arbres : ar gwez-derv (les chênes), ar gwez-tilh (les tilleuls). Si on veut obtenir le singulier, on fait précéder ar wezenn (souvent prononcé we’enn), qui peut provoquer des mutations : ar wezenn-derv, le chêne, ar wezenn-dilh, le tilleul. Un autre système existe où il suffit de rajouter la terminaison –enn au nom de l’arbre : an dervenn, le chêne, an dilhenn, le tilleul.

Selon les dates d’arrivée des arbres, on retrouve des étymologies différentes selon leur provenance : celtique : gwern, de l’aulne, haleg, du saule, onn, du frêne, ou bien latine : kistin, du châtaignier (amené par les Romains) et plus récemment française comme sapr, du sapin, et pin, du pin.

Et pour écouter :

 

 

Où s'informer pour apprendre le breton ?

L'office de la langue bretonne
L'Office de la langue bretonne (Ofis ar brezhoneg) est une association chargée de promouvoir et de développer la langue bretonne dans tous les domaines de la vie sociale et publique.
Contacter l'office : http://www.ofis-bzh.org

L'Association Deskiñ d'An Oadourien

L'associatino Deskiñ d'An Oadourien, créée en 2001, réunit les structures d'enseignements du breton aux adultes. Elle a pour mission de faciliter cet enseignement et d'informer d'informer le public sur les formations. Sur son site : les formations et les contacts utiles
Contacter l'association : http://dao.breizh.free.fr/ 

Modifié le


Partagez ce contenu