« Den » (personne, homme) devient… « tud », « ki » (chien) se transforme en « chas ». C’est particulièrement récurrent  pour les pluriels de noms d’animaux.

« kazh » devient « kizhier » (chats), « marc’h-kezeg » (cheval-chevaux),  « pemoc’h-moc’h » pour « cochons ».

Certains pluriels irréguliers ont tout de même un vague rapport avec leurs singulier : « breur-breudeur » ( frères), « ejen » devient « oc’henn » (bœufs), « kazeg » donne « kezekenned » pour le pluriel de jument.

Impossible de faire l’impasse sur les pluriels interne comme celui de « poule » « yar » qui donne « yer », idem pour « sant/sent » pour le pluriel du  mot « saint » , « dant » devient « dent » pour le pluriel du français « dent » et « dañvad » (le mouton) se transformera en « deñved ».

Enfin, et ce n’est pas le moins déroutant, signalons le cas des pluriels de certains fruits ou de certains  légumes qui sont plus courts que leurs singuliers : « frouezhenn » (singulier de « fruit ») devient « frouezh », même phénomène pour « tomatezenn –tomatez » (tomate-s) , « patatezenn –patatez » (patate-s), « pourenn-pour » pour « poireaux ».

Pour écouter :

 

Où s'informer pour apprendre le breton ? 

L'office public de la langue bretonne
L'Office public de la Langue bretonne (Ofis publik ar brezhoneg) est un établissement public de coopération culturelle (EPCC) chargé notamment de promouvoir et d'enrichir la langue bretonne, de sensibiliser et mobiliser les acteurs publics et privés à son utilisation comme langue de communication, de structurer l'offre d'enseignement et de formation.
Contacter l'Office public : http://www.ofis-bzh.org

L'Association Deskiñ d'An Oadourien

L'associatino Deskiñ d'An Oadourien, créée en 2001, réunit les structures d'enseignements du breton aux adultes. Elle a pour mission de faciliter cet enseignement et d'informer d'informer le public sur les formations. Sur son site : les formations et les contacts utiles
Contacter l'association : http://dao.breizh.free.fr/  

Modifié le


Partagez ce contenu